Histoire du quartier

Origine du nom des rues du quartier
Nom de la voieOrigine du nom de la voie
Alsace (rue d')Témoignage de la forte immigration d’Alsaciens à Talence après la perte de ce territoire en 1871. La ville en pleine expansion à cette époque accueille également des familles de tout le Sud-Ouest ainsi qu’une forte immigration espagnole.

Angel Durand (rue)Sécheur de morues négociant à Bègles XIXéme.
Armand Fallières (place)Président de la République et ami du grand père de Marguerite Gabais. 
Armand Fallières (rue)Président de la République et ami du grand père de Marguerite Gabais. 
Auguste Comte (rue)Philosophe, doctrine du positivisme (Montpellier 1798/Paris 1857).
Bahus (rue)?
Balzac (rue de) 
Blanqui (rue) 
Bourgès (rue)Famille négociants Bordelais, l’un d’eux prénommé Joseph fut médecin Place de la Comédie en 1846. Président Académie des sciences 1835 mort 1851 à l’age 74 ans.
 C’est un gros propriétaire, il possède les «biens Lassale» sans doute achetés comme biens-nationaux, à la Révolution, ainsi que plusieurs châteaux sur Talence en 1846, dont un démoli aujourd’hui au N°68. Un mur ancien en marque l’emplacement.
Bouvreuil (impasse) 
Cauderès (rue)Premier Maire de Talence : Cauderès Elie Pierre (7 février - 4 novembre 1790). Ce marchand tonnelier du village de Saint Genès fut le 1er maire de la commune. Les tonneliers étaient nombreux en raison de la culture de la vigne à Talence. Ils faisaient partie d’une corporation puissante en France qui vendait traditionnellement sa production à crédit dans l’attente des vendanges. Pendant la Révolution ils déclenchèrent des émeutes car les cours du vin avaient chuté au plus bas. Il était député du tiers état de la sénéchaussée de Guyenne et délégué par la paroisse pour la représenter. Il résidait à l’angle de la rue Bertrand de Goth et du cours de l’Argonne. Il meurt le 4 novembre 1790.
Deuxième Maire de Talence : Brun Pierre (14 novembre 1790 – 1798). Après l’exécution des Girondins, il disparut trois mois pendant lesquels il fut remplacé par Bernard Cauderès (fils d’Elie) de juillet à octobre 1793. Mort en 1804 à Bordeaux.
Cauderès (pont de)Ici se déroulaient les fêtes de Talence le 25 Août, St Barthélémy jusqu’en 1914. De nombreux commerces étaient situés à ce carrefour, véritable axe pénétrant du quartier.
Colonel Moll (place du)Officier Français tué en Afrique Noire dans les années 20 dans les guerres coloniales. N°53 salle du comité de quartier.
Colonel Moll (rue du)Officier Français tué en Afrique Noire dans les années 20 dans les guerres coloniales. N°53 salle du comité de quartier.
Deluns-Montaud (rue) 
Denfert-Rochereau (rue)Pierre Philippe, colonel 1823/1878 défend Belfort 1870/71. Suite à cette défense héroïque le territoire n’est pas annexé par l’Allemagne avec le reste de l’Alsace, mais reste Français.

Domaine Duplantier (rue) 
Eugène Robin (rue) 
Fontan (passage)Lotisseur milieu XIXéme. 
Fourcand (rue)Léon Jean Urbain Fourcand, propriétaire du Château rue Jean Jaurés en 1850 à 1885, lotisseur des rues Léonville et Fourcand. maire de Bordeaux de 1870 à 74 de 76 à 77 et député de 1871 à 77.
Freycinet (rue de)Anciennement Chemin Mitraud. 
Charles de Saulces de Freycinet : Ingénieur et politicien (Foix 1828/Paris 1923), académicien 1891, canaux et chemin de fer 1880, 4 fois Président du Conseil en IIIème République.
Gambetta (crs) 
Gay (rue)Anciennement chemin gay en 1901, capitaine de vaisseau et juge au tribunal de Bordeaux, propriétaire Domaine Montplaisir.
Gérard Blot (rue)Résistant fusillé le 21.09.1942, enterré dans le nouveau cimetière. 
Henri Sicard (rue)Sécheur de morues. Cette rue est classée pour la qualité de ses échoppes.
Jean Moulin (rue) 
Jean Jaurès (square)Jean Jaurès, homme politique assassiné en 1914. 
Jean Jaurès (rue)Jean Jaurès, homme politique assassiné en 1914. Anciennement chemin des Petits Bois (1846) puis du Petit Bois (1901).
Joseph Delord (impasse)Sécheur de morues XIXéme et conseiller municipal. 
Joseph Delord (rue)Sécheur de morues XIXéme et conseiller municipal. 
Jules Vallès (rue) 
Léonville (rue)Léon Fourcand le Député Maire qui a donné son nom à la rue Fourcand était marié à Mme veuve A.C Léon qui avait elle même acheté le château à la famille Héron, en 1850. Hyp : Celui ou celle qui a vendu les terrains pour lotir, a pu avoir la prémonition qu’il aurait un jour une ville derrière chez lui, donc la Ville de Léon ou Léonville.
Louis Bordier (rue)Anciennement impasse Balzac. Lors de l’attaque d’une fabrique de meubles, Louis Bordier, employé aux chemins de fer, poursuivit avec le garde champêtre les voleurs. Louis fut abattu par l’un des fuyards. Cette affaire a marqué les esprits Talençais. Des collectes furent organisées, le Maire de l’époque fit l’éloge funèbre, et l’on donna son nom à la rue.

Martinon (impasse) 
Maurice Perrein (impasse) 
Paix (rue de la)Anciennement rue des marronniers jusqu'en 1901- La guerre de 14/18 a peut-être imposé le changement de nom. Cette rue existe depuis la du XIXème au lendemain de la guerre de 1870. Elle mène en effet au monument aux morts de ce conflit, à gauche en entrant dans le cimetière.
Paul Doumer (rue)Président IIIéme République. 
Professeur Bergonié (rue du) 
Puits (rue du) 
Raymond Lavigne (rue) 
René Goblet (rue)René Marie (1828/Paris 1905), avocat au Barreau de Paris, chef de la gauche radicale député de la Somme en 1887, ministre, Président Conseil 1886/1887.
Rouget de l'Isle (rue)Remporte l’Eurovision en 1790 avec la Marseillaise, anciennement rue H Luc.
Sports (rue des)Elle marque l’entrée de l’ancien Stade Vélodrome. Ce Stade Vélodrome était le siège des matchs de rugby et de courses de vélo de piste qui animaient le quartier de 1900 à 1924 date de la destruction du vélodrome.
Suzon (rue de)Le nom de cette rue vient de Suzanne Mirande ou Miranda, aubergiste en 1746. Son auberge aurait été située non loin d’ici. En 1822, 12 auberges à Talence. 26 en 1832, l’absence d’octroi rend les prix plus attractifs en banlieue que dans Bordeaux. Talence devient une ville de villégiature voire de plaisir.
 Hypothèse pour adultes : Suzon servante dans un lieu de débauche, aurait inspiré une chanson paillarde qui, colportée par les marins Bordelais, serait devenu nationale.
Waldeck Rousseau (rue)Anciennement L Laignon, né  en 1846, député en 1879 fait voter la loi sur la création des syndicats en 1884, sénateur puis président du Conseil. Il est peut être le plus représentatif des hommes politiques qui donnèrent leur nom aux rues du quartier, quartier ouvrier s’il en est. Cette rue n’existait pas au XIX éme siécle. En 1846 une construction barrait cette rue à gauche de la rue Robin le chemin des petits bois passait dans l’école St Genès, entre les deux bâtiments.
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier
Histoire du quartier

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :